Les pièces de monnaie racontent l'histoire d'un pays. Encore maintenant je trouve que le fait que notre petit Royaume ait pu frapper déjà en 1832 les premières pièces belges est une grande performance. La Belgique existait alors seulement 2 ans. La période 1830-1832 me fascine. Ces années étaient politiquement perçues comme une marmite à pression. Je suis toujours surpris de la rapidité avec laquelle la Belgique réussit à devenir indépendante, la vitesse à laquelle nous sommes passés des florins du Royaume-Uni des Pays-Bas aux francs belges. Erasme-Louis Surlet de Chokier me fascine particulièrement. Ce baron liégeois joua un rôle important dans la fondation de la Belgique. Le 1er mars, il y a 187 ans, il devint régent de Belgique.

Le 1er janvier 1830 nous faisions encore partie du Royaume-Uni des Pays-Bas. Le 25 août 1830, la révolte belge commença avec un opéra : La Muette de Portici. Le 4 octobre 1830, le Gouvernement Provisoire déclara notre pays indépendant des Pays-Bas. Le 3 novembre 1830, le Congrès National était formé pour établir une constitution pour le tout nouveau pays. Il choisit Erasme-Louis Surlet de Chokier comme président. Dès le 7 février 1831, nous eûmes notre propre constitution. La Belgique devint un royaume. Selon notre première constitution, il devait y avoir un régent pour le pays en l'absence d'un roi. Surlet de Chokier l’est donc devenu le 1er mars 1831. Il fut notre premier chef d'Etat. Sa régence dura jusqu'au 21 juillet 1831. Ce jour-là, le prince Léopold prêta serment comme premier roi des Belges. Léopold fut notre premier roi mais notre deuxième chef d’État !

La personne Surlet de Chokier et surtout sa carrière dans les années 70 de sa vie m’intéressent énormément. Il vécut dans une période turbulente. Entre 1789 et 1839, il fut actif dans la vie publique sous six régimes différents et successifs. Premier acte public, il participa en 1789 à un soulèvement à Liège contre le régime autoritaire du Prince-évêque. Sa deuxième apparition fut en 1790 comme lieutenant dans l'armée des États-Belgiques-Unis, une confédération de 9 provinces du sud des Pays-Bas. Ils se déclarèrent indépendants de l’autorité du souverain l'empereur Joseph II d'Autriche. À la fin de novembre 1790, les troupes autrichiennes mirent de l’ordre. Surlet fuit à Breda dans les Pays Bas du Nord. En 1792, il retourna à son château ancestral à Gingelom.

En 1795, la France révolutionnaire occupa les Pays-Bas. La troisième carrière de Surlet fut au service des français. De 1797 à 1814, il agit comme directeur du département de Nedermaas. En 1812, il devint même membre du Corps Législatif de l’Empire à Paris. Personne ne sembla l'avoir blâmé pour cette carrière française parce qu'en 1815 il commença sa quatrième carrière en tant que membre de la Deuxième Chambre du nouveau Royaume-Uni des Pays-Bas.

Dans le soulèvement belge, il plaida pour le maintien des Oranges en tant que princes. Il se présenta comme candidat au Congrès national, sa cinquième apparition dans une position publique. Après sa régence, il fut remercié pour ses services dévoués avec une pension d'État de 10.000 florins par an. Il termina sa vie publique en tant que maire de Gingelom jusqu'à sa mort en 1839. Ce fut sa sixième performance en tant qu’autorité publique. Il passa également les 8 dernières années à l'élevage des moutons mérinos. De cette façon, il conclut une carrière parallèle en tant qu'expert précieux pour le développement de l'agriculture et de l'élevage dans notre pays.