Dans notre bibliothèque se trouve le livre ‘’Les monnaies des Pays-Bas bourguignons, espagnols et autrichiens, et de la période française et hollandaise (1434-1830.)’’ Je consulte toujours cette grande édition d'Hugo Vanhoudt lorsque je veux trouver des renseignements sur une pièce de notre région Le livre ne me déçoit jamais, j'aime aussi le lire sans raison, en grand amateur de pièces de monnaie.


L'Empereur à la mâchoire prononcée des Habsbourg
Dans le livre d’Hugo, j’ai vu un florin Karolus d’argent, la première grande pièce de paiement en argent de nos régions, frappée entre 1542 et 1552. Sur l’avers, figure ‘’notre’’ empereur Charles Quint, en tant que duc de Bourgogne et duc de Brabant. La pièce est un chef-d'œuvre des arts appliqués. Si vous regardez les portraits peints de Charles Quint, vous pouvez vous apercevoir qu'il a un menton ‘’Habsbourg’’ très proéminent. Le portrait de la pièce le montre également. Ainsi la pièce  montrait à quoi ressemblait l'empereur ‘‘en vrai’’. Ce fut le premier portrait réaliste d'un prince de nos pays.

Portraits réalistes sur pièces
Je me suis demandé si les portraits sur pièces des successeurs de Charles dans notre région furent si réalistes. En effet, le portrait de son fils Philippe II sur son daalder Philippe en argent de 1561-1563 a également une mâchoire prononcée. Aucune tentative ne fut faite pour rendre les portraits de père et de fils plus beaux. Jusqu'à l'invasion des Français en 1795, nos monarques étaient représentés sur leurs pièces de monnaie dans nos régions comme ils l'étaient dans la vraie vie. Pourquoi était-ce ainsi ?

Pourquoi ce réalisme ?
Charles V et Philippe II vécurent à la Renaissance, une époque avec un grand intérêt particulièrement pour l’Empire romain. Les romains estimaient que leurs empereurs et d'autres personnes importantes devaient être dépeints tels qu'ils étaient vraiment. Cette idée se répandit à la Renaissance. À cette époque, les Beaux-Arts prirent un énorme essor. L'art de faire des portraits bien ressemblants sur des jetons et des pièces de monnaie atteignit également les sommets cet art. Il fut particulièrement bénéfique à nos médailleurs qu'au XVIe siècle, beaucoup d'argent fut trouvé en Europe mais aussi dans le Nouveau Monde.

Grandes trouvailles d'argent
De riches veines d'argent furent découvertes en Bohême en 1516. La colonie espagnole du Mexique se révéla également être abondante en argent. Comme beaucoup plus d'argent fut disponible, les plaques pour la monnaie d'argent purent être beaucoup plus épaisses. Cela permit aux médailleurs d'ajouter beaucoup plus de relief à leurs portraits de pièces, permettant d’augmenter considérablement l’ampleur d’un portrait.

Réaliste jusqu'en 1794
La dernière grande pièce de monnaie avec un portrait de notre seigneur avant l'ère française fut une couronne en argent de 1794 avec l'empereur François II. Il fut le dernier monarque des Pays-Bas autrichiens, lorsque nos régions étaient encore ainsi appelées. En 1795, les Français arrivèrent dans notre pays. Tout changea, y compris nos pièces. Elles eurent alors des portraits stylisés voire idéalisés.